Episode 23 – Audrey : Imprévu

            À chaque minute qui passe, je sens mes yeux s’arrondir de plus en plus. Paralysée, je ne peux plus bouger ni réagir et mes globes vont ressortir de leurs orbites. Je n’y crois pas. C’est impossible. Inconcevable. Je n’admets pas ce qui m’arrive. Je ne veux pas que ça arrive maintenant. C’est trop tôt. Trop imprévu. Trop dur à assumer.

            J’entends la porte se refermer. Des pas de talons. Instinctivement, je relève les jambes contre ma poitrine pour ne pas être découverte.

— Audrey ? Où êtes-vous ?

            C’est Marjorie. Loin d’une solution, je vois en son arrivée, une façon de me libérer. Je relâche mes jambes. Mes talons claquent au sol. Elle frappe à la porte de mon box. Lentement, je déverrouille la porte et elle s’empresse de la pousser.

            Qu’est ce qu’elle va penser de moi maintenant ? En me découvrant comme ça ?

— Qu’est ce que vous faites ? Vous êtes là-dedans depuis tout ce temps ? s’inquiète-t-elle.

            Je me contente de hausser les épaules, le regard perdu.

— Je vous cherche partout depuis bientôt deux heures. Qu’est-il arrivé ?

            Encore une fois, je ne réponds pas, mais lui tends le bout de plastique en levant la tête vers elle. Son visage s’illumine d’un sourire sincère. Comment peut-elle ?

— C’est une catastrophe ! je m’offusque.

— Mais non Audrey, au contraire c’est une excellente nouvelle. Vous allez avoir un bébé !!!

            Je lui arrache le test de grossesse des mains, outrée.

— C’est William, le père ! Jamais il ne voudra de cet enfant ! Et… j’ai ma mère à m’occuper, l’entreprise à gérer et… C’est trop compliqué, c’est impossible.

— Vous savez ce qu’on dit : un être s’éteint, un autre naît.

— Conneries ! je crache.

— Ne bougez pas, je vais vous chercher un verre d’eau, vous y verrez plus clair après, je pense.

            Elle quitte les toilettes, comme si un verre d’eau allait arranger mes affaires. Elle ne peut pas comprendre. Cet enfant n’est pas là parce que mon père nous a quittés !

            Les souvenirs de la nuit suivant le décès de mon père me reviennent. William et moi. Je compte rapidement sur mes doigts et comprends qu’effectivement, cet enfant a bien été conçu cette nuit-là. Mon regard reste fixé sur le test, comme pour faire changer le résultat !

            À nouveau le bruit de la porte. Des bruits de pas. Et William apparait devant moi. Pas de talons, pas de Marjorie. William qui sourit. Me sourit.

Episode suivant ->

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s